Rechercher
  • Véronique Segura-Pailhon

S'y retrouver dans le BIO

Mis à jour : 7 avr. 2019



Chers amis de la Nature,

Je vous propose, cette semaine, de parcourir le vaste, lucratif monde du bio et les spécificités des différents labels étiquetant les produits.





La bio : oui mais comment s’y retrouver ?


Propriété exclusive du ministère de l'Agriculture et de l'alimentation, le label AB s'est aligné sur les normes du label bio européen, tout comme ses équivalents nationaux européens. En effet, l'Union européenne a décidé en 2009 de mettre fin à la multiplicité des cahiers des charges nationaux sur le bio. Autrement dit, la présence des labels bios nationaux sur les produits est désormais optionnelle.

Les associations écologistes jugent le label bio européen trop tolérant à l'égard des OGM. Le label accepte « dans les produits transformés, la présence "fortuite" ou "techniquement inévitable" d'infimes traces d'OGM est tolérée dans la limite de 0,9% ».






Il n’en suffit pas plus, pour faire couler beaucoup d’encre sur la bio : partisans et ennemis, à coup d’écrits dans les journaux, avancent la nécessité ou l’inintérêt de consommer « bio ». Le constat se pose immédiatement : la crédibilité du bio est touchée à vif. C’est ainsi que nous assistons à la naissance, en France de nouveaux labels "plus exigeants". De quoi faire du bio une affaire d'expert ! Désormais, les logos "Demeter", "Bio partenaire", "Bio Cohérence"… côtoient le label bio européen sur les emballages des produits français.

Un cahier des charges plus exigeant pour 2021



Face à ces critiques et pour accompagner le développement d'un secteur aujourd'hui en pleine croissance, le Parlement européen a adopté, le 19 avril 2018 à une large majorité, un nouveau projet de règlement sur la production biologique et l'étiquetage des produits biologiques. Un vote définitif, qui intervient au terme de quatre années de négociations et de débats.

Un durcissement du cahier des charges du label bio européen est prévu, notamment le renforcement des contrôles sur les importations en provenance des pays tiers. A l'issue d'une période de transition de 5 ans, toutes les importations de produits bios devront strictement respecter les normes européennes. Les produits importés seront donc contrôlés à la fois au départ des pays exportateurs et à l'arrivée dans l'Union européenne.


Actuellement

Aujourd'hui, il existe des accords d'équivalence entre les produits bios européens et ceux des pays tiers. Cela signifie que les certifications bios nationales des pays tiers - aux exigences souvent moins strictes – sont considérées comme équivalentes à celles en vigueur dans l'Union européenne. Le nouveau règlement sur l'agriculture biologique prévoit de les supprimer dans un délai de cinq ans.


Pour conclure

Consommer bio, oui ! Nos hépatocytes (cellules du foie) (comme toutes les autres cellules de l’organisme d’ailleurs) nous disent merci car nous leur épargnons un peu de travail dans une époque de détoxification intensive.

Mais, privilégions, dans la mesure de nos possibilités, le cultivateur local.





Synthèse des principaux labels bio pour les produits bio et les produits issus du commerce équitable en agriculture biologique :






Label officiel français du bio (à gauche)

Seul label biologique (Bio) public, c'est-à-dire appartenant au ministère de l'agriculture et de la pêche, et ce depuis 1985. Dans les produits estampillés AB au moins 95% des ingrédients qui les composent sont d'origine biologique.

L’agriculture est soumise à un cahier des charges.

Tolérance d’une contamination par les OGM à hauteur de 0,9 % des produits transformés. www.agencebio.org

Logo de l’Union européenne pour les produits biologiques (à droite)

Obligatoire dans l'Union européenne depuis le 1er juillet 2010 sur tous les produits alimentaires issus de l'agriculture biologique et fabriqués en Europe, le label bio européen, également baptisé "Eurofeuille", certifie les produits conformes à la règlementation européenne en matière d'agriculture biologique.

Bio Cohérence est une garantie privée (certifiée par un tiers indépendant) créée suite au nouveau règlement européen jugé trop laxiste.

Bio Cohérence ne labellise que des produits déjà estampillés AB, mais avec des critères supplémentaires. La mixité des productions bio et non bio est interdite. Le seuil minimum de contamination par les OGM est limité à 0,1 %. Et l’alimentation des herbivores doit être produite à 80 % sur l’exploitation. www.biocoherence.fr


Demeter est une garantie privée pour les produits issus d’exploitations certifiées AB et utilisant les principes de l’agriculture biodynamique.

La certification va plus loin que le label AB. Mixité et traces d’OGM sont interdites. Les produits composés doivent comporter au moins 90 % d’ingrédients certifiés Demeter. L’alimentation des animaux doit se faire à 2/3 avec des produits certifiés Demeter et 80% des aliments doivent être produits sur la ferme. www.demeter.fr



Nature et Progrès est une marque privée attribuée à des produits 100 % d’origine Nature et Progrès ou bio.

Elle ne demande pas la certification AB à ses producteurs mais repose sur un Système participatif de garantie, animée par des producteurs et des consommateurs. Nature et Progrès interdit la mixité, les traces d’OGM et l’huile de palme dans ses produits (même bio). L’alimentation des herbivores et des porcs doit être produite pour moitié sur la ferme. www.natureetprogres.org







Garantie privée créée par Biocoop.

Elle assure des partenariats durables entre groupements de producteurs, transformateurs et distributeurs. Produits 100% bio. Pas de cultures sous serres chauffées pour les fruits et légumes. Elevage sur des exploitations de taille limitée et préférence aux races locales. Animaux nourris avec 100 % d’aliments bio, produits en majorité sur l’exploitation. www.ensemble-solidaires.fr



Le label Fairtrade/Max Havelaar est un label privé créé par l’association Max Havelaar certifiant majoritairement les petits producteurs.

Il doit côtoyer le label « AB » sur l’emballage pour garantir la double certification. Car qui dit « équitable », ne veut pas forcément dire « bio ». A lui seul, le label Max Havelaar garantit tout de même que les producteurs sont engagés à prendre soin de leurs ressources naturelles et qu’ils n’utilisent ni pesticides dangereux ni OGM. www.maxhavelaarfrance.org







Les produits « Bio partenaire » sont issus du commerce équitable et sont certifiés bio.

Le logo est apposé sur des produits du commerce équitable « Nord-Sud » traditionnel. Mais aussi sur des produits du commerce solidaire en France. Les structures engagées dans le label doivent établir des contrats garantissant aux producteurs les prix et les quantités achetées sur une durée minimale de 3 ans. Le label est uniquement présent en magasins bio spécialisés. www.biopartenaire.com


Agréable semaine à tous




Bibliographie

https://www.delaterreaupanier.fr/

http://www.natura-sciences.com/agriculture/bio-semences-Matthieu

https://www.touteleurope.eu/actualite/alimentation-a-quoi-sert-le-label-bio-europeen.html

http://www.vinhausherr.fr/spip.php?article169

http://ludodessins.canalblog

https://www.lilinappy.fr/blog/ethique-bio-local-eco-responsable/


146 vues8 commentaires

© 2019  Segura-Pailhon  Véronique -Praticien Naturopathe & Docteur en Pharmacie

Reproduction strictement interdite
 

  • Noir Icône Instagram
  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now