Rechercher
  • Véronique Segura-Pailhon

S'y retrouver dans la qualité d'une huile essentielle

Mis à jour : 8 avr. 2019



Chers amis de la Nature, Cette semaine, je vous propose d’éclaircir les critères qu’une huile essentielle(HE) doit avoir pour lui garantir son efficacité maximale. Ces critères vont permettre de vous éclairer sur les mentions à retrouver sur une étiquette d’HE garantissant sa qualité. Belle lecture


La nature nous offre ses plantes aromatiques aux puissantes propriétés, à nous de les utiliser avec respect, en extrayant leurs huiles essentielles (HE) avec le plus grand soin par des méthodes spécifiques et claires.

Le traitement aromathérapeutique tient sa réussite, avant tout, de la qualité de l’huile essentielle utilisée.

Aussi, l’utilisation des HE doit être guidée par des critères de qualité stricts dans le cadre d’une aromathérapie digne de ce nom.

Parmi ces critères de qualité indispensables, nous devons retrouver :


1- L’appellation exacte de la plante.


Elle mentionne le genre, l’espèce et la sous-espèce.

Exemple :

  • Citrus (genre) aurantium (espèce) ssp aurantium (sous espèce).

  • Lavandula (genre) angustifolia (espèce)

  • Lavandula (genre) latifolia (espèce)

  • Lavandula (genre) stoechas (espèce)

Vous ne pouvez plus vous contenter à partir de cet instant de n’avoir mentionné que le nom « Lavande » sur un flacon d’HE car l’action physiologique des Lavandes est pratiquement toujours bénéfique, mais variable selon les espèces :

  • Lavandula angustifolia est apaisante et relaxante

  • Lavandula latifolia est virolytique, anticatarrhale

  • Lavandula stoechas est mucolytique MAIS fortement neurotoxique

2- Le pays d’origine.

Il doit être mentionné sur l’étiquette de l’HE car la biochimie d’une plante est sensiblement modifiée d’un pays à un autre, d’une région à une autre : ensoleillement, climat, sol…


3- La partie de la plante distillée ou expressée.

Pour une même plante, la composition biochimique est différente selon l’organe utilisée (fleurs, feuilles, racine, écorce).

L’HE extraite de la feuille de citrus aurantium, contient 10% de monoterpènes alors que l’HE extraite de la fleur en contient 35% et le zeste en contient 90 à 92% ! Ce qui est, également remarquable est que toutes les parties de l’Oranger bigaradier sont utilisées. Encore un beau cadeau de la Nature….


4- Le choix des plantes.

Il devra préférentiellement, se porter sur des plantes sauvages ou saines = culture écologique au moins. L’ensoleillement, l’altitude, la symbiose avec les autres plantes sauvages du biotope confèrent aux plantes sauvages de montagne une activité biologique puissante. Engrais et pesticides ne font pas partie de leur cercle d’amis ! Savez-vous qu’un ajout de sels minéraux solubles dans la terre est capable de modifier la composition d’une HE ? Equilibre du biotope, de la plante et du sol… tout agent extérieur, main de l’Homme est intrusif et dérange cette parfaite et complexe alchimie.


5- La récolte.

Elle s’effectue au moment où la plante abonde en essence.

Exemple :

  • Pendant la floraison pour la Lavande

  • Cueillette des roses à l’éclosion, après la rosée du matin, avant les fortes chaleurs

  • Avant la floraison pour la menthe. Au moment de la floraison, elle se concentre en cétones toxiques.

6- L’extraction

La distillation par entraînement à la vapeur d’eau doit se faire à basse pression (nécessairement plus longue) pour conserver les actifs aromatiques fragiles. L’eau de source est préférable pour limiter la formation de tartre. La distillation est un procédé exigeant demandant expérience et tour de main !


7- Garanties sur l’HE

Elle doit être 100% naturelle c’est-à-dire non dénaturée avec des molécules de synthèse.

Elle doit être 100% pure c’est-à-dire non diluée. Ces mentions sont précisées sur l’étiquette.


8- Le chémotype

Il représente la carte d’identité de l’HE et il est garant de sa qualité. Il est vivement conseillé de choisir une HE qui porte sur l’étiquetage « HE chémotypée ».

Je conclue cet article par une citation du Dr Malte Hozzel, qui est vibrante de reconnaissance envers Dame Nature. Les mots sont si justement posés qu’ils résument à eux seuls toute la bonté de la Nature.

« Les plantes ont toujours servi l’être humain. Elles l’ont nourri, abrité et soigné. Les vertus médicinales des plantes sont issues de la sagesse de la terre combinée à celle de l’univers».

A très vite




Bibliographie

www.herboristerie de lyon.com

L’aromathérapie exactement

100 réflexes d’aromathérapie

Mes remarques personnelles !

25 vues0 commentaire

© 2019  Segura-Pailhon  Véronique -Praticien Naturopathe & Docteur en Pharmacie

Reproduction strictement interdite
 

  • Noir Icône Instagram
  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now